Dans son encyclopédie du Jazz, Joachim Ernst Berendt cite un mot de Dizzy Gillespies. Au début des années 40, alors qu’on demandait à dernier ce qu’il adviendrait du jazz, il répondit: « Il est probable que le jazz sera là où tout a commencé, avec un homme frappant sur un tambour ». Cette prévision paraît se confirmer de plus en plus de nos jours.

Pierre Favre est né en Suisse. Autodidacte, il commence à jouer de la batterie à l’âge de 15 ans, à 17 ans il devient professionnel. Bien que son premier contact avec la musique de jazz fut d’abord le Be-Bop, il joue ensuite dans des styles plus anciens tels que le New-Orleans et le Dixieland.

Vers la fin des années 60, Pierre développe une nouvelle conception mélodique de la percussion et transforme son instrument pour étendre les possibilités de la batterie moderne. Son instrument forme un monde sonore unique et indépendant duquel, au cours de ses performances en solo, il fait naître des dimensions orchestrales.

Sans s’en rendre compte, Pierre intériorisait la totalité orchestrale à travers une démarche qui allait révéler son originalité.

Dès leur origine, au début des années 70, les percussions en solo de Pierre Favre ont suscité l’avis des chroniqueurs unanimes. Rien ici de ces démonstrations à travers lesquelles divers grands noms de la batterie excellaient alors à illustrer leur style et leurs modes d’accompagnement. Tout au contraire on reconnaissait dès les premières mesures, aussitôt identifiables, un cycle musical complet voire une préfiguration orchestrale dans le même sens que ce que propose d’ordinaire une sonate pour piano.

Les Chinois, en dernier lieu, ne s’y sont pas trompés, eux dont la mémoire collective couvre une culture plusieurs fois millénaire d’une exceptionnelle continuité. « Vous jouez comme nos vieux maîtres! » se sont exclamés tels ou tels d’entre eux.

Il fait des tournées de concerts en solo dans le monde entier. Il a joué avec des musiciens Africains, Indiens, Chinois, Coréens et Brésiliens. Favre reste toutefois très lié à la tradition de la musique européenne.

Pierre Favre se voue également à la composition. Il a composé pour ses propres projets, pour orchestre symphonique, pour ensembles de musique nouvelle ainsi que pour le théâtre et des danseurs. Il dirige des stages qui ont pour principal sujet le rythme.

Il a enregistré un nombre impressionnant de disques.